Les porteurs du projet

Syndicat interdépartemental de collecte et traitement des déchets ménagers et assimilés créé en 1991, ValEco est en charge du traitement des déchets après collecte, de la prévention des déchets, de la sensibilisation des publics et de la collecte sur une dizaine de communes. Depuis le 1e janvier 2020, ValEco assure le traitement des déchets pour près de 240 000 habitants sur les territoires de Blois, Amboise et Vendôme.

ValEco dispose notamment de deux installations, situées à Blois : un centre de tri des déchets recyclables et un Centre de Traitement et de Valorisation des Déchets.

Filiale à 100% de la société SUEZ RV ENERGIE, la société Valcante est la société dédiée à l’exploitation du Centre de Traitement et de Valorisation des Déchets de ValEco. Valcante traite et valorise chaque année 95 500 tonnes de déchets. 

Valcante dispose également d’un centre de tri d’une capacité de 10 000 tonnes par an. 

Grâce à la chaleur issue de la combustion des ordures ménagères, l’unité de valorisation Valcante permet d’alimenter deux réseaux de chaleur urbains au sein de la Ville de Blois.

Valcante produit également de l’électricité pour ses propres besoins énergétiques et revend une grande partie de sa production sur le réseau.

Chiffres clés Valcante

Le contexte général
et les objectifs du projet

Le projet de Valcante s’inscrit dans une démarche plus globale de réduction des déchets et de lutte contre le réchauffement climatique, portée par des engagements règlementaires au niveau européen, national et régional. 

L’engagement de la France en faveur de la transition énergétique et la gestion des déchets s’exprime au travers de plusieurs textes qui définissent les orientations et les objectifs nationaux.  La Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte adoptée en 2015 et la Loi du 8 novembre 2019 relative à l’énergie et au climat ont notamment fixé le cadre et les ambitions de la politique climatique nationale. La France a décrété « l’urgence écologique et climatique » et s’est donné pour ambition d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, en favorisant le développement des énergies renouvelables et la sortie progressive des énergies fossiles. La Loi du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, dite loi « Climat et résilience », a également apporté des dispositions complémentaires de soutien aux énergies renouvelables, avec notamment l’introduction de sous-objectifs régionaux.

Le projet s’inscrit également dans un contexte régional de baisse progressive des capacités de traitement des déchets non dangereux. En effet, alors que le Plan régional de Prévention et de Gestion des Déchets ne permet pas d’extension des installations de traitement de stockage existantes, 6 installations de stockage verront leurs autorisations d’exploiter arriver à échéance en 2026 et 3 unités de valorisation énergiques fermeront partiellement dans le même temps, entrainant de fait une baisse des capacités de traitement régionale qui devrait dépasser les 550 000 tonnes. Il sera donc nécessaire de mettre en service de nouveaux outils pour assurer la continuité de service public et mettre à disposition des acteurs économiques les solutions adaptées au traitement des déchets résiduels.

Le projet de Nouvelle Ligne de Valorisation Énergétique pour Valcante répond ainsi à trois enjeux majeurs :

Répondre aux attentes du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD)

Disposer d’une solution pérenne et compétitive de valorisation des Tout Venant de Déchèterie (TVD)

Produire une énergie renouvelable et de récupération disponible pour des usages locaux actuels et futurs en substitution des énergies fossiles

Les caractéristiques du projet

La Nouvelle Ligne sera implantée dans le Centre de Traitement et de Valorisation des Déchets Valcante, avenue de Châteaudun, à Blois (Loir-et-Cher). Le centre a été conçu dès son origine 3 lignes de valorisation et donc pour accueillir cette ligne supplémentaire.  La Nouvelle Ligne sera installée en façade nord de l’unité Valcante, où elle s’inscrira en continuité architecturale avec les bâtiments existants.

La Nouvelle Ligne bénéficiera des infrastructures existantes du CTVD, et une partie des équipements seront mutualisés, notamment l’accueil et la réception des déchets, le poste de conduite, les locaux techniques et administratifs. Mais la Nouvelle Ligne de Valorisation Énergétique sera autonome. Elle disposera notamment :

  • D’une zone de stockage dédiée aux déchets à haut pouvoir énergétique ;
  • D’un système d’alimentation ;
  • D’un ensemble four-chaudière ;
  • D’un système de traitement des fumées ;
  • D’une cheminée et d’analyseurs en ligne ;
  • D’un Groupe Turbo Alternateur, permettant de convertir l’énergie thermique issue de la combustion des déchets en électricité
  • Des utilités nécessaires.

La capacité de la nouvelle ligne

La capacité de la Nouvelle Ligne de Valorisation Énergétique n’est pas encore fixée. 

Le choix du dimensionnement fait l’objet des discussions avec l’ensemble des parties prenantes du territoire dans le cadre de la concertation préalable.

A ce stade d’avancement du projet, la capacité envisagée se situe entre 30 000 et 50 000 tonnes/an. 

Le fonctionnement de la Nouvelle Ligne

Selon la capacité de la future ligne, 25 000 à 45 000 MWh électriques pourront être redistribués sur le réseau électrique public.

Au-delà de cette production d’électricité, la nouvelle ligne a été conçue pour permettre de produire en cogénération, à partir des déchets valorisés, de l’électricité et de l’énergie thermique. Cette énergie thermique pourra alimenter les nouveaux réseaux de chaleur de la Ville de Blois, en coordination avec les services de la Ville et en fonction des besoins exprimés par les usagers.

Une autre piste de développement à l’étude est la production d’hydrogène à partir de l’électricité fournie par Valcante. Elle contribuerait au déploiement d’une filière hydrogène sur le territoire et à l’émergence d’autres projets en lien avec la mobilité durable.

L’approvisionnement en déchets à haut pouvoir énergétique

La Nouvelle Ligne sera majoritairement alimentée par les Tout Venant de Déchèterie qui transiteront au préalable par une installation de prétraitement externe à Valcante. Cette étape permet de séparer les matériaux valorisables orientés vers le recyclage, les refus impropres à la valorisation orientés vers le stockage et enfin les déchets combustibles, soit environ à 60 à 75% de la matière pré-traitée.

Elle recevra également les refus de tri des collectes sélectives à haut pouvoir énergétique, composés essentiellement d’erreur de tri ou de fraction de matériaux qui ne peuvent pas être recyclées. 

La Nouvelle Ligne constituera enfin une solution de traitement pour les déchets d’activités économiques produits par les acteurs économiques du territoire (industriels, artisans, commerçants…) aujourd’hui majoritairement traités en enfouissement faute de solutions disponibles sur le territoire.

Aujourd’hui la majorité de ces déchets est traitée en enfouissement. Le projet de Valcante permettra de les valoriser sous forme d’énergie.

L’évaluation budgétaire

Les investissements nécessaires à la réalisation du projet sont estimés entre 45 et 70 millions d’euros, selon la taille finale retenue.

Les études d’avant-projet qui seront réalisées en 2022 permettront de préciser le coût global du projet.

Le calendrier prévisionnel

Le calendrier prévisionnel

L’intégration du projet
dans son environnement

Le projet de Nouvelle Ligne de Valorisation Énergétique en tant qu’Installation Classée pour la protection de l’Environnement (ICPE) entre dans le cadre du régime d’autorisation environnementale. Dans le cadre des demandes d’autorisation Valcante devra fournir une étude d’impacts permettant de démontrer l’acceptabilité du projet au regard de ses impacts et enjeux sur l’environnement. 

La concertation ayant lieu en amont des demandes d’autorisation, l’étude d’impact sera réalisée en 2022 et sera consultable dans son intégralité lors de la phase d’enquête publique. 

Comme il s’agit d’une nouvelle installation, celle-ci mettra en œuvre des technologies récentes et performantes permettant de respecter une réglementation plus stricte sur la qualité des rejets. 

Un projet vertueux
pour le territoire

En valorisant entre 30 000 et 50 000 tonnes de déchets annuels, le projet Valcante permettra de réduire d’autant la quantité de déchets aujourd’hui traités en enfouissement, c’est donc un levier important pour atteindre les objectifs régionaux. 

De plus, la capacité de production électrique du projet permet de limiter le recours à des ressources d’origine fossiles et importées, au profit d’une énergie locale et renouvelable, directement utile au territoire. 

Enfin, le projet permettra de créer une dizaine d’emplois sur le périmètre de la Métropole, pour l’exploitation et l’entretien de la Nouvelle Ligne, ainsi que sur les sites de préparation. Il assurera aussi la pérennité des 40 emplois déjà existants sur le site. Enfin, dans sa phase de construction, le projet mobilisera également de nombreuses entreprises (50 à 100 personnes en phase chantier).